Les formateurs

Isabelle Coquoz

Qui je suis ?

Je m’appelle Isabelle Coquoz et suis coo-fondatrice de l’Art de la Coopération avec Marcel et Nicolas.

Après une première formation d’éducatrice de la petite enfance, j’ai pratiqué activement dans ce domaine avec mes six enfants. La famille a été mon premier terrain d’expérimentation de la coopération, comme probablement pour beaucoup d’entre vous. Puis j’ai élargi mon champ d’activité en exerçant la fonction de conseillère communale pendant 10 ans, avant de rejoindre Marcel et Nicolas pour créer l’Art de la Coopération, car ma motivation est d’affiner et d’intégrer les outils qui soutiennent la coopération et de les partager avec vous. Ils me permettent de remplir un élan qui me porte depuis près de 40 ans, celui de SOUTENIR L’EVOLUTION DE LA CONSCIENCE.

Comment le chemin vers la coopération s’est dessiné dans ma vie ?

Si l’espace familial m’a procuré beaucoup de joie, il a aussi suscité en moi beaucoup de questions. J’ai très vite trouvé mes limites lorsque je ne savais pas comment résoudre les tensions présentes dans la vie de tous les jours : conflits entre et avec les enfants, tensions dans le couple, conflits de voisinage… Les stress liés aux imprévus, à la routine, aux contraintes, à la fatigue, etc.

J’ai donc cherché des ressources en suivant différentes formations.

Mon élan vers la coopération

Au fur et à mesure que j’expérimentais de nouvelles connaissances, j’ai senti que se tissait en moi une nouvelle façon d’appréhender les relations interpersonnelles et ai compris à quel point il était doux et bienfaisant de coopérer consciemment plutôt que de réagir aux stimulations quotidiennes. La conscience est une chance, elle nous invite à reprendre notre pouvoir et à trouver en nous les ressources pour rester en mouvement et créer le futur que nous souhaitons.  

 

Marcel Coquoz

Qui je suis ?

Je m’appelle Marcel Coquoz et suis coo-fondateur de l’Art de la Coopération avec Nicolas et Isabelle.

Après une première formation de chef de projet en informatique, j’ai mené de nombreux projets, tout d’abord dans les domaines du développement logiciel et des systèmes d’information, puis dans la conduite du changement et de la transformation de la culture de l’organisation. Dans tous ces projets, j’ai œuvré et innové pour permettre à chacun de laisser libre cours à ses talents et ses dons, par le déploiement d’approches et solutions favorisant l’émergence de l’intelligence collective et des collaborations gagnant-gagnant.

La famille, avec nos 6 enfants avec Isabelle, a été un autre projet clé qui a permis l’expérimentation en profondeur des fondements de la coopération. Nous avons notamment mis en place des conseils de famille pour prendre nos décisions clés ensemble, parents et enfants.

 

Comment le chemin vers la coopération s’est dessiné dans ma vie ?

Un événement fondateur a été l’arrivée de mon petit frère trisomique (syndrome de Down). Mes interactions avec lui, ma contribution même modeste à intégrer ce petit frère à la société ont été déterminant : intégrer la différence, apprendre la patience, tenir compte et apprécier les forces et les dons et limites de chacun.

J’y ai développé 3 forces – entreprendre, guider et intégrer – que j’ai renforcées tant dans notre projet familial que dans les projets professionnels ou associatifs que j’ai menés. C’est dans ce terreau qu’ont germé les graines de l’Art de la Coopération.

De manière très pragmatique, au fur et à mesure des différents projets, des pièces de puzzle se sont assemblées, également alimentées par des inspirations nombreuses et variées, comme la CNV [Communication NonViolente], l’analyse de la valeur des systèmes d’information, la sociocratie, des approches de facilitation de groupe [ex : forum ouvert] ou de développement personnel, des modèles (la spirale dynamique, Managing Corporate Lifecycles d’Adize, Reinventing Organization de Laloux, les principes ‘Source’ de Peter Koenig et bien d’autres…)

Je le constate aujourd’hui, mon parcours a toujours été mu par une passion : soutenir la réalisation de projets ou d’organisations où il fait bon œuvrer, en apportant la conscience nécessaire dans la mise en œuvre d’un contexte favorable. Cela permet aux participants de déployer leurs talents et créativité de manière bienveillante et responsable. Quand cela se passe, cela m’émeut profondément !

 

Mon élan vers la coopération

Mon hypothèse que les seules raisons pour lesquelles nous ne vivons pas des expériences goûteuses, harmonieuses, bienveillantes, efficaces et créatives dans les entreprises, les institutions, les associations, les familles, les couples … sont le manque de modèles ainsi que notre conditionnement inconscient (mémoires et habitudes) se vérifie chaque jour un peu plus.

Mon élan est de semer des graines qui permettent à chacun de choisir et mettre en place un contexte favorable et adapté pour un ‘vivre et œuvrer ensemble’ de qualité : c’est la coopération.